Histoire

La mosquée centrale de Porto-Novo, un joyau patrimonial

#MonwaihDécouverte

Quand on pense tourisme au Bénin, il n’est point exagéré d’affirmer que Porto Novo ne fait pas partie des destinations privilégiées. La ville ne manque cependant pas d’atouts pour attirer les regards. Au nombre de ceux-ci figure la mosquée centrale, symbole d’une histoire riche et méritant d’être racontée.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Située à Zinkomey, dans le premier arrondissement de Porto-Novo, la mosquée centrale est l’emblème des diverses influences culturelles qu’a connu la cité aux trois noms (Hôgbonoun, Adjashè, Porto-Novo). En effet, fort des peuplements et des migrations diverses de la ville, le patrimoine immobilier relève de trois registres principaux : autochtone, colonial et afro-brésilien. La mosquée centrale est représentative de ce dernier.

#MonwaihDecouverte : Au Bénin, le riche patrimoine immobilier de la ville de Porto-Novo représente un important atout touristique pour la cité capitale aux trois noms. Click To Tweet

La construction de l’édifice débuta en 1911 et fut achevée vers 1935. Elle fut entretemps interrompue à cause de la première guerre mondiale et de certaines dissensions au sein de la communauté islamique. La grande particularité de la mosquée centrale est qu’elle fut bâtie selon le modèle de la cathédrale de Salvador de Bahia au Brésil. Les travaux furent d’ailleurs entièrement réalisés par des ouvriers issus en majorité de la communauté afro-brésilienne (les Agoudas). Depuis la destruction de la grande mosquée de Lagos (construite en 1885), elle est le seul vestige de cette époque.

La mosquée centrale de Porto-Novo au Bénin & La cathédrale de Salvador de Bahia au Brésil

 Typique de l’architecture baroque afro-brésilienne, la mosquée fut érigée à l’aide de briques en terre cuite. Elle est constituée d’un grand bloc avec des façades décorées de motifs et de symboles rappelant le Brésil. Le bloc principal est recouvert de tuiles et les portes et fenêtres sont faites en bois d’iroko et en fer. On remarque aussi l’utilisation de couleurs vives et de colonnades. La mosquée présente beaucoup de symboles issus de l’art chrétien comme les décorations des portes et fenêtres qui ne sont pas sans rappeler la cathédrale de Saint Jacques de Compostelle. Elle est cependant surmontée de deux minarets et du croissant de lune à la place de la croix.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Si on ne peut qu’être admiratif devant la beauté de cet édifice, il urge aussi d’attirer l’attention sur l’importance de sa conservation. En effet, de manière générale, le patrimoine architectural de Porto-Novo est menacé. Hormis certains bâtiments coloniaux abritant des institutions de la République, la majorité des constructions de cette époque est malheureusement à l’abandon. Leur dégradation porterait préjudice à l’histoire nationale. En partenariat avec l’Ecole du Patrimoine Africain, les autorités municipales semblent progressivement mesurer l’urgence de la situation.

© Hilperick D-G Houessou

L’objectif à long terme est d’inscrire la mosquée centrale et les autres vestiges au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. D’ici là, nous espérons que les autorités locales auraient déjà rénové ce joyau architectural. Porto-Novo, témoin privilégié de l’histoire de notre pays en aurait bien besoin.

Mots-clés
Ouvrir Plus

Djidé Bankole

Béninois, Archiviste-documentaliste sorti de l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature. Passionné d’histoire, de livres et de musique.

Articles similaires

Ne soyez pas timide, lâchez un petit commentaire.