Culture

Benin Trip, Linda Faraj révèle un autre visage du tourisme béninois

Le tourisme est depuis peu l’un des piliers de relance de l’économie béninoise (PAG 2016-2021). Hormis les projets phares du gouvernement, certaines initiatives de jeunes se projettent également pour valoriser le potentiel touristique de l’ex République du Dahomey. L’équipe Monwaih a rencontré l’une des actrices de ce milieu. Linda Faraj, la promotrice de Benin Trip, a partagé sa passion avec nous.

Agée de 27 ans, Linda Faraj est une jeune bénino-palestinienne attachée à la culture et amoureuse des expériences nouvelles. Titulaire d’un Master en International Business Management, obtenu à l’Ecole de Commerce de Lyon (INSEEC Lyon) en 2015, sa passion l’a récemment poussée à décrocher un second master, cette fois-ci en Tourisme : Développement durable et marketing des territoires à l’Université lumière Lyon 2.

Linda Faraj

Historique du concept Benin Trip 

Pour l’obtention de son master en tourisme, Linda Faraj a effectué entre Février et Août 2017, un stage à l’Agence Nationale de promotion des Patrimoines et de développement du Tourisme (ANPT). Les missions de terrain de la jeune béninoise, furent une aubaine pour redécouvrir son pays. Les diverses réactions des internautes face aux photos qu’elle partageait au fur et à mesure sur les réseaux sociaux lui ont fait comprendre combien le Bénin était méconnu.

« Cela m’a donc donné l’idée de créer des trips publics (mais limiter le nombre de personnes) afin que les gens découvrent autrement le pays. » – Linda Faraj

Grâce à ses études en tourisme, Linda a les capacités nécessaires pour amener les autres à avoir un regard nouveau sur les territoires qu’elle leur fait découvrir.

« Les territoires que je cible sont les villages du pays. Beaucoup ont un énorme potentiel touristique mais malheureusement sont peu connus des béninois eux-mêmes. » – L F

Avlo, un village de Grand-Popo, a été la première destination de Linda, son premier trip en groupe. Parti de l’idée de tester l’intérêt que porte le béninois au tourisme de découverte, Linda a été agréablement surprise. Par ailleurs, d’autres nationalités se sont également invitées au Trip.

« Je n’avais pas encore à cette période trouvé le nom Benin Trip, je savais que je voulais faire des trips publics mais je n’avais pas encore pensé à une stratégie, tout ce que je voulais c’était de découvrir avec d’autres personnes le pays. » – L F

Afin d’avoir de magnifiques photos, et de toucher un large public avec, Linda se fait toujours accompagner de professionnels de la photographie et de quelques influenceurs du web au Bénin. Le célèbre photographe Yanick Folly, le meilleur blogueur béninois de 2017 Mawunu Feliho et Julien Gérard de DroneBenin, étaient tous présents lors du premier trip à Avlo.

« Je ne suis pas photographe donc je laisse faire les professionnels.  » – L F

Benin Trip est à sa 5ème expédition. Après le premier sur Avlo, deux trips ont suivi sur Ganvié (Ganvié – So Ava – Sô Tchanhoué & Ganvié – So Ava – Ahomey lokpo). Grâce à un partenariat avec Isaw Cotonou, une visite PhotoWalk a été effectuée sur Ouidah puis enfin le 5ème trip, un Chill On Boat de Calavi à Porto Novo en Passant par Ganvié.

 

Les Trips durent une journée et s’effectuent pour l’instant dans le Sud du pays, non loin de Cotonou.

« Nous voyageons en covoiturage, c’est plus fun. S’il n’y a pas le choix je loue un bus. » – L F

Linda ne compte pas laisser inexploités les potentiels touristiques du reste du pays. Des trips plus longs (un weekend par exemple), dans l’intérieur et le nord du pays font partie des plans de la jeune consultante en développement touristique. En attendant, une journée entière de découverte avec les pêcheurs du village de Avlo est prévue pour le 7 Octobre. Oui ! Ca se sent que Linda est littéralement tombée amoureuse de ce village de Grand-Popo. Vous avez encore la possibilité de rejoindre les aventuriers.

Linda Faraj face aux réalités du tourisme au Bénin

Les touristes étrangers (occidentaux) sont la principale cible des tour-operators au Bénin. A cet effet, elle déclare:

« Il est temps de changer la donne. L’économie touristique d’un pays ne doit pas entièrement dépendre des étrangers. »

Bien qu’il y ait d’autres nationalités à ses trips, le premier défi de la jeune entrepreneure fut de raviver l’intérêt du tourisme de découverte chez le touriste béninois. Pour y parvenir, elle associe des thématiques à potentialité entrepreneuriale aux circuits de découverte. Cela lui permet de déclencher l’acte « d’achat du trip » auprès de ses cibles.

« Je peux faire faire du tourisme de découverte à un Cotonois à Cotonou en proposant un circuit autour d’une thématique qui pourrait l’intéresser, comme par exemple la médecine traditionnelle ou l’artisanat. » – L F

Les ressources touristiques sont peu renouvelées au Bénin, les sites peu entretenus. Linda propose de créer de la ressource touristique, mais surtout d’innover. Nous l’aimons déjà chez Monwaih car elle compte faire découvrir les cultures, les traditions et les modes de vie de notre pays.

« L'économie touristique d'un pays ne doit pas entièrement dépendre des étrangers. » - Linda Faraj Cliquez pour tweeter

Elle porte entre autres son espoir sur le plan de rénovation de l’industrie touristique prévu par le gouvernement du président Patrice Talon. Ne sous-estimez pas le touriste béninois. Linda Faraj incite à l’entrepreneuriat culturel et encourage l’investissement dans le tourisme.

« Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux. » – Marcel Proust

Mots-clés
Ouvrir Plus

Articles similaires

Ne soyez pas timide, lâchez un petit commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.