CultureTendances

Ruinart Festiv’Art 2019, pour l’Art hors des murs

La fin d’année s’approche et les événements s’annoncent. Parmi ceux qui marqueront, il faudra compter sur la première édition du Ruinart Festiv’Art.

Sortir l’Art des murs, le rendre accessible et moins élitiste… Voilà ce qui justifie bien le Ruinart Festiv’Art dont la première édition se tiendra du 21 au 26 octobre 2019 dans la ville de Douala.

Ruinart Festival

Le Ruinart Festiv’Art s’est donné pour objectif de briser ces idées reçues selon lesquelles l’Art n’est réservé qu’à une poignée de personnes. « Pourtant, il est beaucoup plus accessible qu’on ne le pense. Il peut être à la portée de qui ose être curieux et se laisse émouvoir » dixit, Landry Mbassi, critique d’Art et par ailleurs Directeur Artistique du Ruinart Festiv’Art. La Maison Ruinart déjà très liée à l’Art veut ainsi « faire quelque chose d’assez grand public pour aider ce dernier à s’approprier les artistes et les talents camerounais » comme a tenu à l’expliquer Christian Nouboue, Responsable Moët & Hennessy Afrique Centrale.

«L'art est beaucoup plus accessible qu’on ne le pense. Il peut être à la portée de qui ose être curieux et se laisse émouvoir.» - Landry Mbassi Cliquez pour tweeter

Pour ce faire, il faudra compter sur le talent et le génie de huit artistes qui exposeront autour du thème « Itinérances et effervescentes ». Il s’agit de Kristine Tsala, Bili Bidjocka, Maurice Pefura, Jean-Michel Dissake, Jean David Nkot, Joel Mpah Dooh, Abdias Ngateu, et Samuel Dalle. Leurs expositions sont déjà en cours dans les trois (03) galeries partenaires de l’évènement à savoir: Galerie Mam, l’espace Doual’Art et l’Institut Français.

Milwaukee Art Museum (Milwaukee, Wisconsin) | (c) Pxhere

Si l’ « effervescence » du Ruinart Festiv’Art se fera sentir dans les différentes expositions, l’ « itinérance » quant à elle sera traduite par le parcours des différentes galeries et autres lieux d’expositions. En effet, six (06) autres entreprises sont également disposées à ouvrir leurs portes au grand public – non pas pour des renseignements sur leurs produits et services – mais pour contempler, apprécier, et comprendre les œuvres d’Art qui se trouvent dans leurs locaux. Comme le dirait Landry Mbassi, « Rendre l’art accessible, c’est aussi le sortir du cadre lustré des galeries et des centres d’art (lieux conventionnés) en proposant des activités ‘’extra-muros’’ qui le rapprochent du public ».

« Rendre l’art accessible, c’est aussi le sortir des galeries et centres d’art, en proposant des activités - extra-muros - qui le rapprochent du public ». - Landry Mbassi Cliquez pour tweeter

Le coup d’envoi du Ruinart Festiv’Art sera donné le 22 octobre 2019 à la Galerie Mam avec le vernissage de l’exposition « La pente, l’horizon et le nous » de Bili Bidjoka et Maurice Pefura. Si vous êtes amoureux de l’Art, et de passage à Douala au Cameroun durant cette période, voilà un programme à booker dans vos agendas.

Mots-clés
Ouvrir Plus

Valorien

Jeune journaliste camerounais de 23ans. Très passionné par les questions culturelles, j'ai fait la radio notamment Nostalgie Cameroun. J'ai aussi pris par le journal Mutations, un quotidien camerounais et je fais actuellement mon stage à VoxAfrica.

Articles similaires

Ne soyez pas timide, lâchez un petit commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

libero. felis Nullam Aliquam at id,