Dossiers

[ Cameroun ] Quand l’esprit du Colon hante l’ambassade

Yaoundé, 3 août 2016. Il est 10h. Je suis à l’ambassade de France du Cameroun, plateau Atemengue.

A peine assise dans la salle d’attente, j’entends l’un des agents administratifs vociférer sur un usager, lui tenant un discours qui défie toutes les règles de bienséance. Aucune réaction des spectateurs si ce n’est ce silence plus ou moins coupable que l’on  force ses yeux à adopter face à l’oppresseur. On se tait jusqu’au moment où arrive notre tour chez le coiffeur. Comme disait un célèbre duo : « Ça n’arrive qu’aux autres. On ne réalise pas tant que ça ne nous touche pas ». Quelques minutes plus tard, Je suis installée en face d’un agent s’occupant des demandes de visa émanant des étudiants. Le menu du jour était à l’évidence « attitude hautaine et ton méprisant » : l’on jette mes documents devant moi au lieu de les poser simplement, l’on écoute à peine les explications que je donne, l’on me regarde de travers.

A peine essaie-je de me défendre face à ces comportements déplacés que l’on menace de me mettre à la porte. Je suis finalement renvoyée à l’extérieur parce que mon énervement grandissant se fait de plus en plus voir à travers mes soupirs. Dès mon retour à la maison, je fais un mail à mon encadreur de stage en France afin de dénoncer ce que je considère comme une injustice. Elle décide de s’en plaindre à l’ambassadrice  qui estime au final que mes dires sont des « allégations formulées très injustement » à leur égard. J’aurais pu penser que ces manières étaient normales si je n’avais pas eu à demander des visas au Consulat tunisien de Nice et à l’Ambassade Turque de Tunis, où je fus traitée avec considération et respect, comme…UN ETRE HUMAIN.

Le calvaire des usagers de l’ambassade de France près le Cameroun

Les scènes précédentes sont monnaie courante à l’Ambassade de France au Cameroun. On assiste à une infantilisation des usagers du service public. Pour être traité avec bienveillance par les agents administratifs, il faut se comporter comme un esclave face à son maître, en d’autres termes il faut plier l’échine même face à un manque de respect. Diverses hypothèses tendant à expliquer ces attitudes sont souvent avancées par les victimes. Il y a tout d’abord la différence de couleur de peau entre celui qui demande le visa (Noir) et l’agent chargé de traiter la demande (Métisse). Ceci rappelle aisément le complexe de supériorité décrit par Frantz Fanon dans son œuvre phare « Peau noire, masques blancs ».

Cependant, je pense qu’il cet argument est très réducteur et basique. A mon avis, ces traitements désobligeants trouvent leur source dans le préjugé selon lequel l’Africain qui se rend en Occident y va pour quémander une vie meilleure. D’ailleurs, l’un des agents m’avait déjà tenu le langage suivant : « On sait bien que vous partez pour ne plus revenir ». De ce fait, puisque l’on estime que vous allez en France quémander du travail, quémander des bourses d’études, quémander des aides sociales, il faut vous plonger dans le bain du mépris dès votre demande de visa. Dans les ambassades du pays dit des droits de l’Homme en Afrique, un chien serait sûrement mieux reçu.

La soumission des usagers

Le plus choquant réside dans la réaction des usagers eux-mêmes qui subissent cette malveillance : L’on en parle tout bas mais l’on se défile lorsqu’il faut élever la voix. Personne n’ose dénoncer de peur que l’on inscrive son nom sur une liste noire afin que visa ne lui soit plus jamais délivré.

En effet, que faire lorsque la Haute Responsable à laquelle vous présentez le problème estime que vous  formulez des allégations injustes à l’égard des services qu’elle encadre ? Mais je pense qu’il est temps de dire les choses telles qu’elles sont sans se cacher derrière un langage mielleux : Le service des visas à l’ambassade de France au Cameroun est de médiocre qualité. Cela contribue à ternir l’image d’un pays que l’on tient déjà pour responsable de plusieurs maux tels que l’assassinat de certains leaders indépendantistes. J’espère que ces écrits motiveront les usagers du service des visas de cette ambassade ou de toute autre ailleurs à exiger plus d’égard envers leur personne.

Mots-clés
Ouvrir Plus

Alice Grace Malongte

Alice MALONGTE est Consultante au sein du Cabinet STRATEGIES ! SARL (Douala, Cameroun). Elle porte un grand intérêt à l'Histoire, aux Peuples et cultures du continent africain.

Articles similaires

4 Commentaires

  1. L’attitude est la même au service des passeports à Yaoundé. J’ai été choquée de ne voir personne se défendre des traitements inhumains. Pourquoi nous complaisons nous dans la position du quémandeur ? Pourquoi supplions nous pour recevoir ce qui nous revient de droit ?

    1. Dans mon article, Je parle en effet de ce service-là. Je l’ai expérimenté deux fois de suite, la première fois lorsque je partais pour mes études et la deuxième fois lorsque je voulais un visa pour aller faire mon stage en France. Manque total de considération, mépris, air hautain sont les attitudes présentées par les agents de ce service envers les demandeurs de visa car ils considèrent que c’est une grâce qu’ils font aux Africains. Et pourtant, il s’agit d’un service public qui doit être conduit dans les règles de l’art et de la bienveillance.

  2. Très bon article!! Ce qui me marque le plus dans cet article c’est la façon dont vous exprimer votre desarroi sans toutefois vous lancer dans un langage vulgaire et insultant. Cela aurait pu être Le cas compte tenu de la façon vous avez été traité la bas. Moi même j’ai reçu le même menu(arrogance, mépris et bien d’autres) quand je suis passé la bas. Je ne saurai propose une solution adéquate à ce manque de considération. Mais un grand effort a déjà été fait par vous en dénonçant ce problème au grand jour!!!

    1. Je vous remercie pour votre contribution. En effet, c’est une preuve de neo-colonialisme. Les Africains sont toujours perçus comme des êtres inférieurs et misérables. J’ai été dans des ambassades hors du Cameroun mais j’ai été traitée différemment : avec respect et considération. Nous devons dénoncer cette injustice.

Ne soyez pas timide, lâchez un petit commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.